Alerte cambriolage : de nombreux cambriolages ont été signalé sur savignac les églises entre 12h et 14h.

La presse en parle : un macaron made in Savignac à la truffe du Périgord

Roxane, salariée de la boulangerie-pâtisserie Falco à Savignac-les-Eglises, a fait déguster les premiers macarons à la truffe du Périgord sur le marché de Noël organisé sous la halle, dimanche 20 décembre. © Crédit photo : Stéphane Klein/« SO »

Cédric Falco, le patron de la boulangerie-pâtisserie éponyme, a élaboré un biscuit original et subtil alliant des saveurs sucrées et salées.

Dimanche 20 décembre au matin, les visiteurs du marché de Noël de Savignac-les-Eglises (Dordogne) ont eu le privilège de goûter aux premiers macarons de Savignac à la truffe du Périgord.

Sur une suggestion de la maire de la commune Evelyne Roux, Cédric Falco, le boulanger-pâtissier de Savignac-les-Eglises et de Saint-Germain-des-Prés , a élaboré une recette originale à travers laquelle s’incarne l’esprit de Savignac, terre de traditions trufficoles souvent oubliées.

Blanc comme neige

Blanc comme neige, le dernier-né de la boulangerie-pâtisserie Falco est un subtil mélange de saveurs. À la fois généreux et croquant, le biscuit sucré enrobe une ganache légèrement salée au goût de truffe noire. Le biscuit, qui allie saveurs sucrées et salées, est vendu 2,40 euros l’unité.

Le biscuit, qui allie saveurs sucrées et salées, est vendu 2,40 euros l’unité. Le biscuit, qui allie saveurs sucrées et salées, est vendu 2,40 euros l’unité. Stéphane Klein/« SO »

Les paillettes de diamant noir, invisibles à l’œil nu, ont été prélevées sur une truffe fraîche avant d’être mélangées à un nuage de crème dont la maison Falco a le secret. « Mon patron Cédric Falco et mon collègue Théo, dont la spécialité est le macaron, ont fait plusieurs essais avant de trouver le bon équilibre entre les différents ingrédients », indique Roxane, incollable sur la fabrication du macaron de Savignac à la truffe du Périgord.

À l’apéritif ou au dessert

Inclassable, le biscuit caméléon se laisse apprécier aussi bien en apéritif qu’en dessert.« On peut le manger quand on veut », déclare Roxane, qui conseille à tout un chacun d’accompagner la dégustation d’un verre de champagne. « Les deux se marient très bien », glisse l’employée de la boulangerie.

Comme la boisson pétillante, le macaron se vend relativement cher : 2,40 euros l’unité. Ce qui n’empêche pas son succès. Dimanche, vers midi, le stand de la boulangerie-pâtisserie Falco, pris d’assaut par les gourmands, a dû être réapprovisionné en urgence.

Dans la même rubrique…